Le CORAF ajuste ses priorités pour faire face à la COVID-19

En réponse à un appel récent de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et des ministres de l’Agriculture et de l’Alimentation d’Afrique de l’Ouest, le CORAF apporte des modifications considérables à ses priorités programmatiques pour soutenir les petits exploitants agricoles, les entreprises semencières et les coopératives de semences qui sont de plus en plus touchés par la COVID-19.

Les agriculteurs vulnérables, les entreprises et les décideurs sont au cœur de l’initiative COVID-19 du CORAF pour le soutien d’urgence aux semences. Avec l’aide des systèmes semenciers nationaux des pays membres de la CEDEAO, l’intervention du CORAF sera mise en œuvre par le biais d’un système d’information, de conseil et d’alerte en ligne. Ce système numérique permettra de recueillir, de traiter et de diffuser des informations essentielles et actualisées sur la disponibilité des semences de première génération (prébase et base) et des semences certifiées dans chaque pays, les points d’accès, la qualité et traçabilité et les informations relatives au marché (l’offre globale, la demande potentielle, les prix de cession etc.).

Les différents pays ont adopté des mesures strictes dans le but de contenir le Coronavirus. Ces mesures vont du confinement partiel ou total des populations, à la limitation de la mobilité des personnes, en passant par la fermeture des frontières, des marchés urbains, périurbains et ruraux ; ce qui perturbe la chaîne d’approvisionnement des denrées alimentaires et des intrants agricoles.

« Si ces mesures ont eu des effets positifs sur le ralentissement de la propagation de COVID-19, les conséquences imprévues pourraient être une augmentation des prix des produits de base, un accès insuffisant à la nourriture pour les personnes vulnérables, une baisse drastique de la commercialisation des produits périssables, des coûts de transport plus élevés, un accès difficile aux semences, aux engrais, aux produits phytosanitaires, ainsi qu’une raréfaction et un coût élevé de la main-d’œuvre agricole », a déclaré Son Excellence Sékou Sangaré, Commissaire de la CEDEAO chargé de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en Eau.

Endiguer la crise de la faim qui se profile à l’horizon

Le CORAF a mis au point cette mesure d’urgence, qui garantit principalement la disponibilité des semences de prébase, des semences de base et des semences certifiées. Le système contiendra des informations sur la quantité disponible, où elle se trouve, avec quelles entreprises ou coopératives et les défis à relever pour les amener sur le marché ou là où il y a une demande. L’objectif principal est d’endiguer la crise de la faim qui se profile à l’horizon.

Plus de 15 millions de personnes sont déjà touchées par la situation alimentaire difficile, selon le Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA), une initiative du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. Même avant la COVID-19, le système alimentaire en Afrique de l’Ouest était déjà dans une situation on ne peut plus précaire avec une crise sécuritaire au Sahel, les attaques de la chenille légionnaire d’automne et la menace des attaques de criquets déjà présents dans la bande orientale du continent. Ce chiffre pourrait, dans un contexte sans COVID-19, dépasser les 17 millions de personnes au cours de la période allant de juin à août 2020, selon les données du RPCA.

Le RPCA regroupe les principaux acteurs du système alimentaire et nutritionnel ouest-africain. Il suit la situation alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest et au Sahel, ainsi qu’au Cameroun, et publie des informations essentielles pour la prise de décision et l’action des décideurs politiques et des responsables de la mise en œuvre des programmes, ainsi que du secteur privé.

Que contient l’intervention du CORAF ?

L’intervention du CORAF vise à mettre efficacement en place un système d’information et de veille sur la disponibilité des semences en relation avec la demande. Ceci permet de faciliter la mise en relation des producteurs de semences de qualité avec les agriculteurs désireux d’obtenir de telles semences.

Ce système permettra non seulement d’améliorer l’accès des agriculteurs à des semences et au matériel de plantation de meilleure qualité, mais aussi de les aider à mieux comprendre l’impact de la crise de la COVID-19 sur les vies et les moyens de subsistance.

Dans un premier temps, les informations porteront sur des céréales telles que le maïs, le riz, le sorgho, le mil, le niébé et l’arachide, avant d’être étendues aux racines et aux tubercules comme le manioc, l’igname et les pommes de terre.

L’initiative d’urgence de soutien aux semences et autre matériel végétal pour la plantation couvrira les 15 pays de la CEDEAO, plus le Tchad et la Mauritanie. Elle s’alignera et complétera les outils d’information conçus pour l’observatoire sur les engrais pour l’Afrique de l’Ouest, développés par le Centre international pour le développement des engrais (IFDC).

Cette réponse du CORAF à la pandémie de COVID-19 vise également à garantir qu’il n’y ait pas de restrictions non essentielles sur l’importation/exportation, la distribution et l’utilisation de semences de qualité par les agriculteurs, les producteurs et les autres utilisateurs. Cela permettra de renforcer la résilience du système agricole de la sous-région et de prévenir une crise alimentaire.

« Sous couvert de la pandémie de COVID-19, les semences de première génération et les semences certifiées ne devraient pas être interdites aux mouvements transfrontaliers ou soumises à des restrictions commerciales non justifiées au niveau régional » précise le Dr Yacouba Diallo, un expert en semences ayant des dizaines d’années d’expérience dans le secteur des semences en Afrique de l’Ouest.

L’IFDC fournit déjà aux agriculteurs, aux producteurs, aux décideurs politiques et à d’autres acteurs clés des informations essentielles sur la disponibilité et la fluidité du mouvement des engrais au niveau communautaire. Le CORAF a l’intention de travailler en étroite collaboration avec d’autres acteurs pour assurer la fourniture de paquet intégré d’information sur les intrants.

Le programme de Partenariat pour la recherche agricole, l’éducation et le développement , mis en œuvre par le CORAF et financé par l’USAID Afrique de l’Ouest, sera responsable de la collecte, du traitement et de la diffusion de ces informations actualisées aux agriculteurs, aux entreprises semencières, aux agents étatiques et autres partenaires clés.

Lire aussi :  FARAonCOVID

 

Share

Leave A Comment