Le projet CAADP XP4 : Rassembler les institions de recherche agricole africaines pour atteindre les objectifs de la Déclaration de Malabo sur le PDDAA

Le projet d’appui aux organisations régionales et sous-régionales africaines pour la recherche et l’innovation agricoles anciennement en charge du pilier IV du Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA), connu sous le nom de CAADP XP4, est financé par l’Union européenne (UE) dans le cadre de l’Initiative DeSIRA (Développement et innovation intelligente grâce à la recherche dans le domaine de l’agriculture) et géré par le FIDA.

Buts et objectifs du projet

Le projet qui regroupe les principales organisations continentales et sous-régionales (AFAAS, ASARECA, CCARDESA, CORAF et FARA), se propose de contribuer à la réalisation de l’Agenda 2063 et des objectifs du PDDAA en rapport avec le climat fixés dans la Déclaration de Malabo de 2014 sur la croissance et la transformation accélérées de l’agriculture africaine pour une postérité partagée et de meilleures conditions de vie.

L’objectif est permettre à la recherche et à l’innovation agricoles y compris aux services de vulgarisation  de contribuer efficacement à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, au développement économique et à  l’atténuation des changements climatiques en Afrique.  Cet objectif pourra être atteint en renforçant les capacités, l’efficacité et le positionnement des organisations régionales et sous-régionales de recherche et de vulgarisation agricoles ainsi que des systèmes nationaux de recherche agricole et en encourageant la collaboration et le partage des savoirs entre les organisations et les institutions européennes concernées.

Produits et résultats du projet

Les cinq produits attendus du projet sont les suivants  : 1. Renforcement des capacités des organisations régionales et sous-régionales de recherche agricole africaines pour leur permettre de s’acquitter de leurs mandats individuels et de mieux travailler ensemble; 2. Partenariats multipartites pour l’innovation mis en place et fonctionnels; 3. Politiques nationales, dispositions  institutionnelles au niveau régional et accès au marché renforcés ; 4. Gestion des connaissances et communication pour l’appui à la décision, partage des innovations et plaidoyer lié à une transformation agricole qui influe sur le climat ; et 5. Planification efficace, suivi, évaluation, apprentissage (MEL) et établissement de rapports.

Les deux principaux résultats escomptés sont les suivants : 1. Amélioration des capacités des pays à établir des priorités, à planifier et à utiliser des technologies et des innovations liées au climat, à encourager et à mobiliser des investissements dans la recherche et l’innovation agricoles, à élaborer et à mettre en œuvre des politiques ; et 2. Une collaboration renforcée entre les institutions en vue d’améliorer la cohérence de l’action, promouvoir une vision et un programme communs et renforcer la représentation de l’Afrique dans les plateformes mondiales de recherche et d’innovation.

Share

Leave A Comment