LE FARA RENFORCE SES LIENS AVEC LA COALITION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RIZICULTURE EN AFRIQUE (CARD) EN VUE DE DOUBLER LA PRODUCTION DE RIZ EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

La nécessité de maintenir la dynamique d’amélioration de la production et de la productivité du riz en Afrique constitue une action positive. Cet enjeu a dominé les discussions menées par Wole Fantubi, Spécialiste principal, Systèmes d’innovation agricole au FARA à l’occasion de la visite de travail de Yusuke Haseishi, Coordinateur général de la Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique (CARD), au Secrétariat du FARA le mercredi 17 avril 2019. S’exprimant à propos de la visite du Coordinateur général de la CARD, Dr Yemi Akinbamijo a souligné la nécessité de promouvoir la riziculture dans les pays dotés d’un avantage comparatif en termes de production de la denrée ainsi que d’encourager le commerce interrégional du produit. Il a indiqué que cela permettrait de renforcer considérablement la prospérité générale sur un continent qui consacre plus de 0,5% de son PIB aux importations de riz.

Yusuke Haseishi, Coordinateur général de la Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique (CARD) et Wole Fantubi, Spécialiste principal, Systèmes d’innovation agricole au FARA

Il y a à peine dix ans, la production totale de riz du continent s’élevait à 14 millions de tonnes métriques. C’est à ce moment-là que la CARD avait été formée pour mener des activités avec des partenaires de recherche et de développement intéressés, dont le FARA. À l’issue de la première phase du projet, la production de riz en Afrique avait doublé grâce aux initiatives menées, à la volonté politique au niveau national ainsi qu’à l’appui technique et au plaidoyer de la CARD. Pour maintenir la dynamique, la deuxième phase de la CARD est actuellement en cours d’exécution avec pour objectif de doubler la production de riz d’ici 2030. Les 28 millions de tonnes métriques de 2018 constituent la base de référence.

Lors des discussions d’ordre technique, le FARA a réaffirmé la nécessité pour la CARD d’accroître sa contribution à la facilitation des actions sur le terrain portant sur le développement des technologies, la production, la transformation et la commercialisation. Cela permettrait de renforcer l’appui technique traditionnel qu’elle apporte aux politiques et au plaidoyer au niveau des pays.  La nécessité de commencer à faciliter le commerce interrégional pour le riz entre les pays deviendrait alors une action de prospective permettant d’assurer un marché stable et une continuité dans la production de riz à grande échelle.

Share

Leave A Comment