Lutte contre les criquets pèlerins : Renforcer les stratégies de prévoyance de l’Afrique visant à réduire les menaces biologiques

L’invasion de criquets pèlerins (Schistocerca gregaria) en Afrique de l’Est, d’une ampleur jamais vue depuis 70 ans, menace la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique. Dans la Corne de l’Afrique, zone la plus touchée, les criquets représentent une menace sans précédent pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance. Les essaims ont augmenté en Éthiopie et en Somalie, et poursuivent leur déplacement vers le sud en direction du Kenya où ils se sont répandus à travers 14 comtés du nord, du centre et du sud-ouest du pays, atteignant des zones situées à 200 km du nord-est de l’Ouganda et du sud-est du Soudan du Sud.   Des opérations de lutte terrestre et aérienne sont en cours dans les pays touchés parmi lesquels figurent l’Oman, l’Arabie Saoudite et, dans une moindre mesure, le Yémen.

En raison des changements climatiques, les criquets se multiplient rapidement et il ressort des projections que la menace va persister en raison notamment de l’introduction de nouvelles variétés de cultures. Les essaims se déplaçant dans la région, l’oviposition laisse présager le développement de bandes larvaires et l’apparition d’un plus grand nombre d’essaims dans les jours et semaines à venir. Et si aucune mesure n’est prise, le nombre de criquets pourrait être multiplié par 500 d’ici le mois de juin (Nature).

Sur un continent qui paie déjà un lourd tribut aux changements climatiques, qui se manifestent par l’expansion de la désertification et l’augmentation des situations de stress hydrique, l’invasion des criquets pèlerins exacerbera les problèmes. Cela aura de graves conséquences sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle à moyen et long terme.

L’Organisation pour la lutte contre le criquet pèlerin en Afrique de l’Est (DLCO-EA) avait en décembre 2019 signalé la présence d’essaims immatures et matures dans le nord-ouest de la Somalie et l’est de l’Ethiopie (1109N/4242E et 1147N/4242E). Toutefois, l’apparition des criquets pèlerins dans la région et au-delà, souligne la nécessité de renforcer la capacité de l’Afrique à élaborer des stratégies anticipatives pour contenir et réduire les menaces biologiques.

À cet égard, le FARA en tant que dépositaire de la recherche agricole pour le développement en Afrique préconise une plus grande harmonisation institutionnelle des principales parties prenantes en vue de tirer parti des connaissances scientifiques et technologiques pour faire face à cette menace biologique.

 

Regarder la vidéo : youtube

Lectures complémentaires

DLCO-EA

FAO

Nature

Share

Leave A Comment